Point d’Appui a célébré dans la joie ses 15 ans, le 6 octobre 2018 à Saint-Amédée.

Diane Barraud et Nicolas Margot, médiateurs Eglises-Réfugiés ont coupé le gâteau d’anniversaire du lieu d’accueil.

La commémoration a été l’occasion de se souvenir que Point d’appui est né dans le sillon du ministère des médiateurs Eglises-Réfugiés, qui a débuté à Saint-Amédée justement par l’accompagnement du premier refuge en Eglise en 1987. «C’était un temps de grande charité», dit le pasteur Daniel Corbaz, premier médiateur. «La charité, c’est l’amour mis en pratique.» Un amour en l’occurrence voué à des requérants d’asile déboutés, que la paroisse de Saint-Amédée avait pris sous sa protection le temps de trouver une solution digne.

Espace d’accueil pour les réfugiés mais aussi les personnes déboutées, sans papiers, européens en précarité, Point d’appui est une porte ouverte des Eglises vers celles et ceux que la migration fait arriver dans notre société par les marges. Les médiateurs d’hier et d’aujourd’hui, avec de très nombreux bénévoles, y écrivent les mots lutte, combat, résistance, mais aussi solidarité, collaboration, lien, ensemble. «Nous étions unanimes et unis», renchérit l’abbé Claude Ducarroz, «nous ne pouvions ne pas voir, ne pas savoir, ne rien faire.» Dans la foulée, Brigitte Zilocchi évoquait la régularisation des sans-papiers, les NEM (non-entrée en matière) qui se sont trouvés à la rue, les 523… autant de luttes où le lien avec les autorités d’un côté, avec la société civile de l’autre ont ouvert des chemins.

Durcissement autour de l’asile

Pour un temps. Anne-Catherine Ménétrey Savary, en clôture de la table ronde, soulignait combien les temps sont durs, voire catastrophiques sur le front de l’asile, suites aux révisions répétées des lois, par un Parlement qui débat sur des thématiques, sans côtoyer les personnes concernées.

Le chemin est âpre, pour rester fidèles aux côtés de celles et ceux que la politique pousse aux marges. Mais personne ne peut y ôter la joie qui naît de la rencontre, ni la confiance tissée dans la route faite ensemble. La table était richement garnie, la musique et la danse ont réjoui les coeurs, longue vie au Point d’Appui!

Diane Barraud