Une célébration vivifiante donnera une large place à la joie et à l’allègement, le vendredi soir à Lausanne. Première le 28 septembre 2018.

Le geste de bénédiction exprime la tendresse de Dieu (photo ©EERV/G.Jaton)

On pourra vivre une nouvelle forme de cultes à Lausanne. Des célébrations « Louange et guérison » auront lieu un vendredi soir par mois au temple de Bellevaux, animées par des pasteurs et des paroissiens de la Région. La formule qui démarre le 28 septembre (voir encadré) s’annonce vivante : un Groupe d’animation musicale – piano, saxophone et batterie – accompagnera la musique ; le texte biblique ne sera pas lu, mais raconté par une conteuse ; le message sera apporté par un jeune pasteur ; enfin, un geste de bénédiction sera offert à qui le souhaite – geste des mains ou onction d’huile.

Oui, vous avez bien lu : « Louange et guérison », deux termes plus familiers chez les évangéliques que chez les réformés. Le pasteur Dominique Burnat s’en défend : « Cela n’a rien de spécifique aux évangéliques, c’est biblique. Toute la Bible nous invite à faire de nos vies une louange. Les Psaumes le clament d’un bout à l’autre : louez le Seigneur! »

Le culte mettra un accent important sur l’adoration, laissant à chacun le temps d’y entrer en profondeur. Dans quel but ? « Je ne loue pas avec un but. Quand je loue, je remets simplement Dieu à sa place et moi à la mienne, précise Dominique Burnat. En me positionnant face à lui, en laissant un instant mes soucis, je reconnais sa grandeur et je réactive ma capacité à m’émerveiller. C’est bienfaisant ! Avec la louange, on ouvre ! » Et le pasteur de citer, comme célèbre exemple, le cantique des créatures de saint François d’Assise. « Souvenez-vous aussi comment la Réforme a remis les Psaumes au cœur de la vie, en les chantant avec une ferveur incroyable ! », rappelle-t-il. « Aujourd’hui, on oublie parfois de le faire avec la joie. Mais les jeunes comprennent cela très bien, tout comme les protestants d’origine africaine ou d’Amérique latine qui vivent dans nos quartiers. A nous aussi de le vivre et de l’offrir à ceux qui y sont sensibles. »

Joie et paix sont sources de santé

Quant à la guérison, rien d’original aux yeux du pasteur. L’Eglise réformée redit depuis longtemps l’importance de prier pour les malades. « Elle organise d’habitude des cultes pour fatigués et chargés – je préfère une terminologie plus positive, comme culte de repos et d’allègement. » Ou de louange et guérison, un vocabulaire plus connu. Le pasteur n’annonce pas pour autant de miracles spectaculaires. « Nous redisons simplement que Dieu est là pour nous sauver, au sens de nous régénérer. Quand sa Parole nous touche, un changement se passe du côté de la vie. Nos guérisons intérieures peuvent même conduire à des changements physiologiques, tant le fonctionnement de notre corps est lié aux mouvements intérieurs : la joie et la paix sont sources de forces et de santé ! »

Chaque personne qui le souhaite recevra un geste de bénédiction ou l’onction d’huile, des pratiques fréquentes dans la Bible. « C’est un signe de la tendresse de Dieu, explique Dominique Burnat. Notre Eglise souffre parfois d’intellectualisme. Là, vous vivez les choses avec vos sens. » Ces nouveaux cultes seront testés pendant quelques mois et se poursuivront s’ils rencontrent l’intérêt.

// G.D.


Infos pratiques

Vendredi 28 septembre 2018, 18h30, à l’église de Bellevaux (av. Aloys-Fauquez 21 ; bus 3, 8, 22 ou 60, arrêt La Motte). Avec la conteuse Isabelle Bovard, le Groupe d’animation musicale et un message d’Olivier Keshavjee. Geste de bénédiction pour qui le souhaite. Collation.

Puis le premier vendredi du mois : 2 novembre, 7 décembre.