Durant le temps de l’Avent, chantées, concerts et cultes en musique se multiplient. Pourquoi un tel engouement? Trois témoignages pour trois rendez-vous. 

Chanter est un moyen d’exprimer des choses profondes (©photo Gettyimages)

«Chanter pour exprimer des émotions»

«La chantée est une vieille tradition chailléranne, qui consiste à inviter tous ceux qui le désirent à venir chanter dans l’église de Chailly le premier dimanche de l’Avent. Nous l’avons relancée avec le Comité des jeunes paroissiens en 2015. L’événement draine un public plus large que celui des paroissiens », explique Yann Wolff, aumônier de jeunesse. « Pourquoi chanter? J’ai grandi avec le chant. Il rythmait les travaux, on sifflotait, on ne faisait rien sans musique. Aujourd’hui, on en est dépossédés, il a disparu au profit du bruit. Je crois cependant que le chant est une manière d’être en rapport avec soi-même, d’exprimer des émotions, des choses profondes. Chanter en groupe est fédérateur, permet de se sentir appartenir à une communauté.»

  • Dimanche 9 décembre à 17h à l’église de Chailly (rue du Temple 2bis) : chantée des Jeunes paroissiens.

«Les choristes sont nourris par la musique»

«Le Chœur de la Cathédrale répète toute l’année mais plusieurs personnes nous rejoignent pour préparer la veillée de Noël, c’est un projet rassembleur », se réjouit Céline Grandjean, cheffe du Chœur de la cathédrale. « Les choristes sont nourris par la musique mais aussi par les textes. Cette année nous chanterons l’Oratorio de Noël de Camille Saint-Saëns composé sur des textes tirés de l’Evangile de Luc, des Psaumes, ou de l’Ancien Testament. Nous reprendrons aussi des œuvres d’un compositeur local du début du 20ème siècle, Fritz Bach.
La musique véhicule et met en valeur le texte, c’est cela qui est important. Lorsqu’il s’agit de musique liturgique, je trouve essentiel de comprendre ce que l’on chante. On relit donc plusieurs fois le texte, en répétition. Nos chants sont par ailleurs choisis en discussion avec les pasteurs pour faire sens dans le culte. Le public aura aussi une traduction, je tiens à ce qu’il puisse suivre. A Noël, lorsque la cathédrale est pleine on se sent nourri par cette atmosphère positive et on a particulièrement envie de toucher les gens et de véhiculer cette lumière.»

  • Lundi 24 décembre à 21h30 (45 min) à la cathédrale : Oratorio de Noël de Camille Saint-Saëns, suivi du culte à 23h.

« Quand on chante, on communie »

«La chantée de Noël de Saint-François existe depuis près de 20 ans. Elle aura lieu dans une scénographie de lumières de l’artiste Kalalumen », annonce Jean-François Ramelet, pasteur responsable de l’esprit sainf à Lausanne. « Cette chantée d’une heure n’est pas un culte, pas une méditation. Elle sera ponctuée de la lecture de l’Evangile de Noël et de « tweets », des miettes très brèves et s’achèvera par une bénédiction. Les chants sélectionnés sont des ‘standards’ de Noël. Chanter à pleine voix des chants connus depuis l’enfance est un moment fort. Noël est lié à l’enfance, à la nostalgie. Il y a une sorte de beauté de l’ordre de la profondeur et de la communion quand une assemblée entonne des morceaux d’une seule voix. Quand on chante, on communie, on ne peut pas ne pas écouter ses voisins, les autres, on fait corps l’espace d’une heure. Beaucoup de choses se jouent»

  • Mercredi 19 décembre à 19h30 à Saint-François : chantée de Noël avec les Petits Chanteurs de Lausanne.

En savoir plus

Tous les événements musicaux de l’Avent sur lausanne.eerv.ch/avent