Mercredi 21 février 2018

Le choix contre la dispersion. (Deutéronome 30,11-20)


Lire le texte

La liberté est un perpétuel objet de revendication de la part de celui qui se sent gêné aux entournures et qui est entravé dans ses mouvements. En ce sens, c'est la fameuse liberté d'indifférence qui exige la possibilité de faire tout et n'importe quoi et qui transforme la coexistence humaine en un vaste champ de bataille. L'arbitraire de chacun est érigé en règle de droit absolu; malheur donc à celui qui est asservi. Israël avant d'être libéré de la maison de servitude ne peut rien faire d'autre que de tourner en rond dans le cadre de l'insignifiance. Rien n'est possible tant qu'il ne quitte pas sa mentalité d'esclave. La liberté signifie d'abord être placé dans un cadre et un espace de vie où le choix de vivre différemment est possible. La loi fournit un cadre de référence où l'être humain découvre une réalité différente de celle qu'il imagine: un choix peut donc être fait, parce qu'il est possible de vivre autrement. La philosophe genevoise Jeanne Hersch l'écrivait magnifiquement: «(...) être libre, c'est avant tout être libre d'agir; et agir, c'est se tourner vers ce qui n'est pas soi, vers le monde des hommes et des choses, c'est poursuivre une fin en face de soi, hors de soi.»

Yvan Bourquin

Prière:De nouveau, je crois aux choses saintes et nobles. De nouveau je sais que la vertu est une réalité et non pas un vain rêve. Certainement, un Seigneur juste et bon règne dans les cieux.  

Référence biblique : Deutéronome 30, 11 - 20

Commentaire du 22.02.2018
Commentaire du 20.02.2018