Un pasteur et une bénévole, tous deux promeneurs de chien, lancent l’idée d’une «prière en promenade» chaque jeudi au parc du Désert à Lausanne. Reportage.

Le moment de prière dans le parc du Désert est une occasion de rencontre (photo G.Dutoit)

Ici, ni orgue, ni vitraux, ni plafond gothique. La musique est celle du chant des oiseaux et du vent dans les arbres. La lumière vient directement du soleil qui se glisse cet après-midi entre les nuages. La voûte est celle du ciel. «Là où se trouve le désespoir, que nous apportions l’espérance.» A l’extrémité de la grande allée du parc du Désert, près du vieux banc de pierre, un petit groupe lit à voix douce la prière de saint François d’Assise. «Ouah! Ouah!» Lutin, un caniche noir, contribue à sa manière à la méditation. Cette première «prière en promenade» a réuni quatre femmes, une enfant… et trois chiens. Les deux autres toutous dressent l’oreille, tandis que des promeneurs passent au loin. Le moment est à la fois recueilli et bon enfant.
 
«Que c’était bon de prier dans la nature», s’exclame Gisèle à la fin de la méditation qui a duré une quinzaine de minutes. Ursula acquiesce – cette promeneuse de passage s’est fait inviter juste avant le début du recueillement: «Je ne vais jamais à l’église, mais je prie chez moi. Je pense tous les jours à l’Univers, à Dieu comme vous l’appelez», confie-t-elle. Après un moment de discussion, elle repart tout sourire terminer sa promenade quotidienne.

Le parc du Désert est «une autoroute à promeneurs»

L’idée de sortir prier dans le parc est venue d’Anne Rochat, bénévole. «Je faisais partie d’un groupe de monitrices d’enfants et nous avons constaté une forte baisse des inscriptions en très peu d’années, raconte-t-elle. Il y a une rupture dans la transmission de la foi au sein des familles, car de moins en moins de parents ont reçu un bagage chrétien.» Anne Rochat n’est pas du genre à baisser les bras: «Nous devons sortir de nos églises, puisque les gens n’y viennent pas, et aller à leur rencontre, là où ils sont.» C’est en promenant Lutin, le chien de sa fille, qu’elle réalise un jour combien le parc du Désert est «une autoroute à promeneurs», un vrai lieu de rencontres. «Il faut recréer des occasions d’être en contact avec les gens du quartier. Car en réalité le nombre de personnes qui souffrent de solitude est effarant», observe-t-elle.
 
Grâce à l’assiduité de bénévoles et du pasteur Dominique Burnat, lui-même «promeneur de chien», la prière aura lieu chaque jeudi à 18h par tous les temps. Le projet est soutenu par deux paroisses voisines, celles de Saint-Laurent – Les Bergières et de Bellevaux – Saint-Luc. En se quittant, les deux bénévoles du jour se fixent rendez-vous le dimanche suivant à l’église catholique pour faire de la publicité: «Il est important que la démarche soit œcuménique», souligne Anne Rochat qui regorge d’idées pour faire évoluer le projet.
 
// G.D.
 


Prière en promenade

Chaque jeudi à 18h au parc du Désert, au bout de l’étang (côté Sud, à l’opposé de la Ferme du Désert). Durée 15 minutes. Pour tout promeneur (avec ou sans chien). Accès bus 2, arrêt Désert.