Six personnes étaient présentes à ce service funèbre là. La dame était âgée, 98 ans, sans enfant! J’avais dû faire une petite enquête pour dénicher des personnes pouvant me donner quelques renseignements sur sa vie et faire en sorte qu’il y ait bien une cérémonie!

De fil en aiguille, mes appels téléphoniques furent fructueux. Cette dame avait été cliente du commerçant qui, par ce biais-là, était devenu son curateur. Une autre amitié était née simplement sur un banc public dans l’attente d’un bus : sa voisine se rendait aussi au cimetière… Une voisine de son immeuble, plus jeune, s’était attachée à elle, lui rendant des petits services de la vie quotidienne. Sa nièce et ses petits neveux en gardaient des souvenirs lumineux. Chacun témoignait ainsi de la richesse de cette vie si simple et pourtant rayonnante.

Rien d’extraordinaire! Que des petites scènes de la vie ordinaire entre simples humains. Ce sont pourtant de tels témoignages de vie courante qui m’encourage à persévérer dans ma foi, à garder espoir en l’humain, cette créature de Dieu qui trop souvent ignore l’essentiel de son existence!

Cet essentiel-là, je le trouve à la lecture de l’évangile de Jésus-Christ: que de rencontres essentielles au hasard d’un chemin avec des gens de tous les jours! Il vaut la peine de le lire, de s’en imprégner, d’y croire et de la pratiquer dans notre simple vie.

// Philippe Cosandey, pasteur au Sud-Ouest lausannois