Ces 50 dernières années, l’utilisation des savons a été multipliée par dix dans les pays riches. Si ce progrès a eu une légère influence sur l’hygiène, il n’est pas sans conséquence sur notre santé et notre environnement. Il est pourtant possible de faire autrement.

Se laver sans s'intoxiquer et intoxiquer la planète: possible? (Thinkstockphoto)

Se laver sans s’intoxiquer ni intoxiquer la planète: possible? (Thinkstockphoto)

Notre corps est conçu pour résister à quantité de bactéries. A force d’aseptiser notre environnement domestique et notre peau, nous finissons par perdre nos défenses naturelles et par nous fragiliser.

Après avoir été nettoyée, notre peau a de plus en plus de mal à rester hydratée et à reconstruire son film protecteur. C’est pourquoi beaucoup de personnes ressentent le besoin d’utiliser des produits d’hydratation cutanée afin de limiter la sécheresse de la peau due à l’utilisation des savons.

Les gels douche, les produits d’hydratation, les after-shave, tous ces produits doux et très agréables sur le moment contiennent des additifs de type conservateurs, parfums, tensioactifs et autres micro-polluants. Nous les appliquons directement sur notre peau, avant que ces substances n’aillent polluer nos lacs puis, en retour, l’eau de notre robinet.

Il se vend 50’000 flacons de gel douche par jour en Suisse. Sur une année, cela représente plus de 18 millions de flacons qui partent aux ordures. Seulement pour le gel douche, imaginons la colline de plastique qui se formerait si on les entassait!

 

Les bons gestes

  • Privilégiez la traditionnelle savonnette, pain de savon style savon de Marseille à base d’huile végétale (éviter ceux à l’huile de palme). Il mousse moins mais il possède tous les avantages écologiques et sanitaires.
  • Le citron est un bon nettoyeur de visage. Son jus mélangé à de l’eau permet de nettoyer les pores de la peau et d’éclaircir la peau. Sa pulpe la purifie. Attention, n’utilisez le jus et le citron que tous les deux jours, sinon il peut dessécher la peau et la rendre sensible au soleil (plus d’info sur ce lien).
  • Mesdames, achetez des cotons à démaquiller lavables plutôt que jetables. Encore mieux: on peut même fabriquer ses cotons soi-même en les découpant dans un vieux tissu polaire (quelques astuces dans ce sens sur ce lien)
  • Messieurs, pour le rasage, remplacez votre bombe de mousse à raser par du savon à barbe (naturel) et un blaireau. Certains sites proposent même de fabriquer soi-même son gel bio (exemple sur ce lien). Les rasoirs jetables représentent aussi un grand gaspillage financier et de déchets; si le rasoir électrique ne vous convient pas, essayez le rasoir de sûreté à lame unique à double tranchant (seule la lame est changée) ou le coupe-chou des barbiers d’antan (comparaison et conseils sur ce lien)
  • Utilisez des mouchoirs en tissus, lavables, plutôt que des mouchoirs en papier.

 

«Un pas vers le moins est un pas vers le mieux», Nicolas Bouvier

 

Les gestes d’aujourd’hui tissent la vie de demain
Face à la détérioration du climat, on se sent très démunis… Or, aussi bien ce que l’on fait… que ce que l’on ne fait pas, a des conséquences. Cette rubrique suggère chaque mois quelques «écogestes», des idées, des actes qui pèsent moins lourds sur l’environnement. Quel rapport avec la spiritualité? Très simple: un peu plus d’être, et un peu moins d’avoir. Tout tient dans ces quelques mots que Jésus lui-même n’aurait pas démentis.

Plus d’éco-gestes