La consommation de pétrole pèse très lourd dans l’empreinte écologique suisse. Quelles sont les alternatives à la voiture ? Y a-t-il une bicyclette inutilisée au fond de votre garage ? C’est l’occasion de dépoussiérer la petite reine, graisser la chaine et hop ! bouger, s’aérer, se sentir en liberté !

Des idées pour sortir à vélo, bouger, s’aérer, se sentir en liberté.

Etat des lieux

La Suisse produit trop de CO2 par rapport à la capacité de régénération de la biosphère. Or la pratique du vélo ainsi que du vélo électrique et de la trottinette est à la portée de toutes et tous ; elle ne provoque aucune pollution atmosphérique ni sonore ; elle ne réchauffe pas le climat ; elle est un bienfait pour le moral, l’intellect, le sommeil, la confiance en soi.

Chiffres

Selon l’Office fédéral de la statistique, « près des trois quarts de l’empreinte de la Suisse est imputable à sa consommation d’énergie fossile », dont 35 % pour les transports

Malheureusement, à l’échelle du globe, cet impact est bien trop important car il n’y a pas de deuxième planète pour supporter notre train de vie !

Nos idées et astuces

  • Tant que faire se peut, laissez la voiture au garage, renoncez à l’avion et profitez des offres CFF.
  • Avec plus de 10’000 km d’itinéraires balisés, la Suisse vous invite à de magnifiques sorties à vélo et vélo électrique.
  • Si vous n’avez pas de vélo, empruntez un vélo de location à la gare ou dans une vélo-station ou en libre-service, ou encore celui de votre voisin, de votre cousin, de votre copain. Juste pour essayer, et vous vous prendrez au jeu!
  • Découvrez la Suisse, profitez de la nature sur les routes de campagne (cff.ch/velolocation), mais aussi visitez Paris à vélo avec un guide ou par vous-même ; eh oui, Paris est remplie de pistes cyclables !
  • Et pour aller au boulot, rien de tel que le vélo ! Les bienfaits physiques du pédalage vous rendront performants, vous aurez respiré, vous serez détendus. Le vélo, c’est l’avenir !

La citation

« Le temps de loisir doit être compris non pas comme une extension de la soumission à la logique marchande (shopping, télévision, parcs d’attraction, etc) mais comme une extension de la sphère de l’autonomie (culture, découverte, jardinage, bricolage, etc). » (Matthieu Gasparini)

// Groupe Eglise & Environnement, Lausanne

 


Les gestes d’aujourd’hui tissent la vie de demain
Face à la détérioration du climat, on se sent très démunis… Or, aussi bien ce que l’on fait… que ce que l’on ne fait pas, a des conséquences. Cette rubrique suggère chaque mois quelques «écogestes», des idées, des actes qui pèsent moins lourds sur l’environnement. Quel rapport avec la spiritualité? Très simple: un peu plus d’être, et un peu moins d’avoir. Tout tient dans ces quelques mots que Jésus lui-même n’aurait pas démentis. Plus d’éco-gestes