Il partiront une semaine sur les traces du saint des pauvres. Mais qu’est-ce qui pousse des Lausannois vers cette figure spirituelle ? Eclairage.

A Assise, il règne une atmosphère qui interpelle (Thinkstockphoto).

«Il devrait revenir! Car nous avons vraiment besoin de lui pour nous montrer le chemin et garder courage dans les moments difficiles.» L’une des futures participantes au voyage à Assise – en octobre prochain – vient de lancer ce vœu qui résonne comme un espoir. En ce jeudi soir, treize personnes échangent sur la pensée de saint François dans la salle paroissiale de Bellevaux. Neuf femmes et quatre hommes de confessions différentes explorent depuis une dizaine de rencontres la sagesse de cette figure spirituelle. Ce soir, le pasteur Dominique-Samuel Burnat les a interpellés avec cette question: «Et si vous rencontriez François aujourd’hui, qu’est-ce que vous aimeriez lui dire?»

Il règne ce climat de respect qu’on ressent entre gens qui se font vraiment confiance. Chacun se livre, l’échange est profond. «Moi, j’aimerais savoir comment François a fait pour se détacher des choses matérielles en gardant sa joie de vivre», imagine l’une des participantes. «Je souhaiterais lui demander pourquoi le mal a tellement le champ libre et ce que je peux faire personnellement», propose une autre. «Je voudrais qu’il m’explique mieux ce qu’est la pauvreté du cœur», confie un troisième. La discussion est passionnée. «En partageant à plusieurs, on s’élargit, c’est tellement plus riche», observe une paroissienne au terme de l’échange. Confiance, sérénité et joie: au final, ces trois encouragements résument ce que le groupe aimerait entendre dans son dialogue imaginaire avec le saint.

«Saint François ouvre les cœurs»

«Ce qui est fantastique, c’est que saint François ouvre toujours les cœurs», s’émerveille le pasteur au terme de la réunion. Il nous confie avoir lui-même été profondément touché par la spiritualité franciscaine. Il a suivi plusieurs formations franciscaines et vécu 10 ans à côté d’un couvent de Clarisses, l’ordre fondé par Claire d’Assise. L’engouement toujours actuel pour le saint ne l’étonne pas: «Francois est un véritable phare de la spiritualité. Il permet de dépasser les clivages confessionnels. Pour les protestants, c’est le saint le plus accessible. Chez lui, nous sommes comme chez nous. D’ailleurs sa pensée a eu des conséquences jusque dans notre canton, puisque l’église Saint-François à Lausanne a été construite 30 ans après sa mort», rappelle le pasteur.

La voyage dans la ville de François et de Claire, initialement prévu pour boucler le cycle de rencontres, est ouvert à tout le monde. «Assise est l’un des plus beaux endroits du monde. Il souffle là-bas une atmosphère qui interpelle», avertit le pasteur qui alliera tourisme et ressourcement. Il se réjouit de guider les voyageurs dans les grands lieux de la vie du saint, avec des temps pour méditer, tel cet endroit où François a eu sa conversion choc qui lui a permis de dépasser sa répugnance envers les lépreux.

La familiarité des participants pour François d’Assise donne l’impression que le saint leur rend l’Evangile encore plus proche que Jésus ne l’a fait. «C’est vrai, réfléchit le pasteur, car François joue le rôle de modèle. Il nous montre qu’un simple être humain peut prendre une taille spirituelle où l’amour a toute la place.»

// G.D.


Deux excursions:

  • «Saint François aujourd’hui», samedi 1er septembre 2018 chez les chanoines de Saint-Maurice (VS). «Sainte Claire aujourd’hui», samedi 22 septembre 2018 chez les Clarisses de Jongny (VD).

Le voyage:

  • Dates: du 21 au 27 octobre 2018 à Assise ouvert à tous.
  • Départ: dimanche 21 octobre à 8h de la gare de Lausanne.
  • Retour: samedi 27 octobre à 21h environ à la gare de Lausanne.
  • Trajets: en train et en autocar.
  • Logement: Auberge Ancajani dans le centre de la vieille ville d’Assise.
  • Prix par personne: 990 fr. en chambre double; 1190 fr. en chambre individuelle.
  • Inclus: transports – demi-pension – visites – lectures proposées.
  • En sus: pique-niques de midi – boissons – pourboires (compter 30 fr. environ).
  • Info: contacter Dominique-Samuel Burnat.