La question était la bonne le 8 avril 2019, Journée internationale des Roms: que sont-ils devenus ?

Quel impact a eu l’interdiction de la mendicité sur les Roms dans le canton de Vaud ? ©Max Idje

Opre Rrom, Sant’Egidio, l’Armée du Salut et Point d’Appui ne veulent pas oublier les familles Roms qui ont quitté Lausanne le 2 novembre 2018, suite à l’interdiction de la mendicité. Ils ont cherché des solutions. Ils n’en ont pas trouvé. Alors ils reviennent, pour quelques semaines, à Lausanne où ils avaient créé des liens pendant près de 10 ans. 

Ils y trouvent parfois du travail, et quelques personnes bienveillantes pour les soutenir. Nous ne voulons pas ignorer leur errance à travers l’Europe, la tentative échouée de s’installer dans des baraques en France, chassés plus loin à chaque fois, la dispersion des familles dans différentes villes, les enfants sans école depuis des mois. Comme nous les craignions, l’interdiction de la mendicité n’a fait que paupériser encore un peu plus des très pauvres. Nous devons continuer de les soutenir quand ils se présentent à nous, et vous pouvez nous y aider : aider à chercher travail et hébergement ; accompagner la scolarité des enfants si elle redémarre. Soutenir le travail des organisations qui accompagnent les familles. Être de ceux qui n’oublient pas ces hommes et ces femmes, ces enfants, qu’une loi croyait pouvoir faire disparaître. 

// Diane Barraud, médiatrice Eglise-Réfugiés